image1 image1 image1

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise » #4

corona cfecgc

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise ». Cette phrase est de Richard Branson, un chef d’entreprise pas un idéologue politique.

A la lecture des messages de notre Directeur Général, les élus CFE-CGC estiment qu’il est satisfait de l’implication de tous les salariés permanents de l’entreprise.Et pourtant, lorsqu’en CSE, nous demandons que l’entreprise applique le barème URSSAF en vigueur pour le télétravail, la réponse est sans appel : la Direction Générale refuse.

Pour rappel, il s’agit d’une allocation forfaitaire versée par l’employeur, elle sera réputée utilisée conformément à son objet et exonérée de cotisations et contributions sociales dans la limite globale de 10 € par mois, pour un salarié effectuant une journée de télétravail par semaine. (Cette allocation forfaitaire passe à 20 € par mois pour un salarié effectuant deux jours de télétravail par semaine,  30 € par mois pour trois jours par semaine…).

Nous vous demandons de prendre en compte le fait que les salariés permanents de Manpower ont dû modifier sensiblement leur quotidien pour pouvoir remplir leurs missions en télétravail. Nous vous demandons de ne pas oublier que pour faire aussi bien leur travail, ils ont dû utiliser leurs outils informatiques personnels (forfaits internet et téléphoniques, qui ne sont pas tous illimités ; parfois amplificateur de WIFI ; imprimantes, cartouches d’encre, ramettes de papier ; smartphone personnels, etc…). Nous soulignons qu’il s’agit de matériel grand public avec une durée de vie moindre et une usure plus importante que le matériel professionnel.

Pour toutes ces raisons nous vous demandons de bien vouloir reprendre vos réflexions à ce sujet et d’appliquer cette allocation forfaitaire, déductible des impôts et dont le montant global ne devrait pas mettre en danger les finances de l’entreprise.

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise » #3

corona cfecgc

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise ». Cette phrase est de Richard Branson, un chef d’entreprise pas un idéologue politique.

Cela ne signifie pas seulement être à l’écoute de ses salariés, cela veut également dire, ne pas leur mentir. Ne pas leur cacher la vérité. Ne pas avoir une communication anxiogène.

Pour étayer notre propos, nous CFE-CGC, avons fait l’exercice d’une simulation de ce que sera le CXP du mois d’avril. Cette simulation vaut ce qu’elle vaut, mais elle aura le mérite d’exister.

Nous sommes donc partis de résultats prévisionnels de 2019, en prenant le CA, le taux de MB et les charges à iso périmètre. Nous considérons que notre CA d’avril sera diminué des 2/3 du fait de la crise sanitaire et que tous les salariés de Manpower sont présents et rémunérés dans leur intégralité, sans exception. Egalement que nos charges sont identiques à celle d’avril 2019 (nous ne les avons pas diminuées des 2/3, alors que certaines dépenses n’existeront plus du fait de la crise sanitaire).

PREVISIONNEL 2019

AVRIL 2020

Montant K €uros

% CA

Montant K €uros

TOTAL CHIFFRE D'AFFAIRES

4 100 000

113 000

MARGE BRUTE US

482 000

11,75%

13 000

Frais

323 000

27 000

OUP (HORS ELEMENTS EXCEPTIONNELS)

159 000

-14 000

Redevance, impôts, etc…

76 000

2 000

RESULTAT NET COMPTABLE

83 000

-12 000

Comme vous pouvez le constater, la perte serait de 12 Millions d’€uros ; ce qui est une somme importante et nous en convenons. Néanmoins, dans cette projection, nous n’avons minoré aucune dépense et n’avons pas intégré non plus la diminution d’impôts sur les bénéfices en fin d’année qui en découle et nous avons intégré la redevance de marque à 100% alors que ManpowerGroup nous fera peut-être cadeau des quelques 2 Millions d’€uros du mois d’avril…Sait-on jamais.

Mais la somme reste importante, 12 millions d’€uros ce n’est pas rien, en effet. Mais ce n’est qu’un peu moins de 1% de nos fonds propres qui s’élèvent à plus de 1,2 MILLIARD d’€uros. C’est pour cette raison que nous, CFE-CGC demandons à la direction d’arrêter de se concentrer uniquement sur la perte de CA mais plutôt de travailler sur un plan de reprise d’activité. Pour cela, encore une fois, l’entreprise aura besoin de tous ses collaborateurs et qu’ils s’investissent encore plus pour « remonter les plannings ». Mais s’ils perdent leur confiance en l’entreprise, alors quel que soit le plan, il sera vain.

Rappelez-vous : « Prenez soin de vos salariés, ils prendront soin de votre entreprise. »

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise » #2

corona cfecgc

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise ». Cette phrase est de Richard Branson, un chef d’entreprise pas un idéologue politique.

Vous allez dire que nous, CFE-CGC, nous nous répétons mais, comme un éminent enseignant-juriste nous l’a appris, il faut répéter 7 fois une information pour qu’elle soit enregistrée…Attendez-vous donc à relire cette phrase.

Aujourd’hui, nous voulions vous parlez de notre accord sur la réduction du temps de travail et d’une partie de son contenu. Pour rappel donc, la direction générale peut imposer 7 JRTT (pour l’exercice 2020-2021, 1 est prévu pour la journée de solidarité, 1 autre soit le sur le pont du jeudi de l’Ascension soit sur celui du 14 juillet et enfin 5 RTT à prendre entre Noël et Jour de l’AN, comme cela est vérifiable sous LEO). La hiérarchie de proximité peut, elle, imposer 8 RTT ; soit 2 par trimestre qui doivent être validés au plus tard le dernier jour du mois qui précède le trimestre concerné. Ainsi pour les mois de mars, avril et mai, il fallait que ce soit fait le 29 février 2020 au plus tard.

Crise sanitaire oblige, vous avez choisi cette année d’appliquer les ordonnances « d’urgence sanitaire » qui vous autorisent en la matière à imposer JUSQU’A 1O RTT. Ceci signifie que c’est un maximum, pas un minimum, ni une option, c’est la LOI.

Nous, CFE-CGC nous vous demandons donc de rappeler à votre ligne managériale que notre entreprise est respectueuse des lois et que tout à chacun doit s’y soumettre, sous peine de devoir en répondre devant la justice.

Nous sommes alertés partout en France par des pratiques de responsables hiérarchiques, qui veulent certainement faire un peu de zèle, qui ne respectent pas ce cadre. Certains demandent 12 jours de réduction du temps de travail, d’autres 14 RTT, d’autres 10 RTT entre mars et mai et 6 CP (car ils ont oublié qu’il fallait un accord d’entreprise ou de branche pour cela…). Le pompon étant 10 RTT par mois en avril et 10 RTT (ou CP) en mai…

Le confinement est prévu jusqu’à mi-avril, peut-être sera-t-il prolongé jusqu’à la fin du mois, nous n’en savons rien. Ce que nous savons en revanche, c’est que si l’activité repart en mai, il sera difficile à cette ligne managériale de trouver les mots pour motiver leurs équipes après les avoir maltraitées comme elle le fait en ce moment.

Bienveillance, c’est le maitre mot qui devrait guider toutes les décisions de l’entreprise en cette période de crise sanitaire et, c’est celui que nous, CFE-CGC, nous vous demandons de remettre au cœur de vos réflexions.

La direction nous impose le déblocage des compteurs de JRRT : C'est INACCEPTABLE!

La direction a décidé unilatéralement, sans aucune information ni consultation des représentants du personnel de remettre en cause un usage de plus de 20 ans concernant un des article de l'Accord de réduction du temps de travail et d'imposer la prise de jours épargnés depuis plus de 4 ans
Cette décision est inacceptable, 
De plus, le fait d'argumenter que le déblocage des compteurs de JRRT de plus de 4 ans du CET est un préalable au chômage partiel est mensonger !
C'est pourquoi nous leur avons adressé un courrier que vous pouvez consulter ici et nous attendons leur retour rapide.
 
courrier 16 04 2020 001

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise »

corona cfecgc

« Prenez soin de vos employés, ils prendront soin de votre entreprise ». Cette phrase est de Richard Branson, un chef d’entreprise pas un idéologue politique.

Nous, CFE-CGC Manpower, nous vous demandons d’appliquer cette maxime aujourd’hui, alors que vous réfléchissez à mettre en place du chômage partiel.

L’ensemble des salariés de Manpower se battent jour après jour et pas seulement depuis le début du confinement pour que cette société progresse, réalise de bons, très bons résultats. Nous avons plus de 1,2 milliard d’€uros de fonds propres et, vous êtes sur le point de solliciter de nouveaux fonds publics pour payer les salaires (à la baisse) de vos collaborateurs.

Quel signal souhaitez-vous envoyer ? Manpower est-il un employeur responsable ou, comme certains de nos concurrents, une machine à cash pour ses actionnaires ?

Alors que certains de nos clients grands comptes, que des PME, des TPE transforment leurs chaines de fabrication, leurs ateliers pour fabriquer des masques ou produire du gel hydroalcoolique, qu’ils vont donner gratuitement aux personnels soignants qui luttent chaque jour contre le fléau COVID 19. NOUS, MANPOWER, qui ne pouvons faire de même certes, nous allons demander des fonds à la collectivité alors que nous n’en avons pas besoin !  Quelle image voulez-vous que vos salariés aient de leur employeur ? Celle d’une entreprise qui se met au service de ses salariés et candidats intérimaires en prenant le temps de les contacter, de les écouter, de garder ce lien qui sera si important quand l’activité reprendra ? Ou celle de cette entreprise qui met ses collaborateurs en chômage partiel, leur imposant un salaire imputé d’un tiers et qui prend le risque de les mettre dans une détresse financière ?

Mesdames, messieurs, membres du COMEX et du CODIR, les élus CFE-CGC de Manpower vous invitent à vous souvenir par qui et selon quels principes nous avons été créés et longtemps dirigés.

De vous souvenir des crises que nous avons traversé et qu’afin de garder la motivation autonome de vos collaborateurs, il faut savoir parfois investir, quitte à perdre un peu sur le moment, pour encore mieux rebondir ensuite.

Investir dans la confiance de vos collaborateurs afin qu’ils prennent encore plus soin des salariés intérimaires et des candidats qui sont venus à nous avant cette crise. Sachons nous démarquer de nos confrères pour que notre image brille un peu plus encore au sortir de cette crise sanitaire.

2020  cfe-cgc Manpower   design by BIG MOUSTACHE