Table ronde sur les rémunérations variables

Le vendredi 19 octobre dernier se tenait une « table ronde sur les rémunérations variables ». Il s’agissait, selon la direction, d’un groupe de travail…surtout pour elle car son objectif était de nous présenter ce qu’elle veut faire en 2019 et voulait voir comment allaient réagir les OS mais, en aucun cas étudier ou discuter nos propositions.

 

Notre DRH a commencé par nous présenter, en avant 1ère, les propos de JF Denoy qui seront bientôt envoyés dans le réseau. En résumé, l’activité TT se tasse pour toute la profession et pour nous encore plus. Mais ce n’est pas la faute de la stratégie de l’entreprise, c’est juste que nous sommes plutôt implantés en industrie et chez les GC mais, encore une fois ce n’est pas la faute de la direction. 😉 Les perspectives sont joyeuses car notre CA 2018 devrait être inférieur à celui de 2017. Quant à l’activité recrutement, elle croit de 11% mais reste en deçà du marché. 

La direction en revanche se félicite de la croissance de la productivité, et malgré nos remarques sur la surcharge de travail pour la majorité de nos collègues, elle considère que ce n’est qu’une vue de l’esprit et que l’on peut faire mieux en la matière.

Le budget TT 2019 sera en légère hausse par rapport à 2018 et celui du recrutement un peu plus, mais pas de chiffres précis à nous donner.

Nous avons ensuite eu droit à la litanie sur les changements législatifs : réforme de la formation, taxation des contrats courts, fusion AGIRC-ARCO, prélèvement à la source et enfin la transformation du CICE en baisse de charge qui seront soumis à l’impôt et génèreront de la participation ! OUI, vous avez bien lu, Manpower annonce de la participation pour 2019 !! Selon les travaux de la Commission Economique du CCE, cette assertion est loin d’être évidente et nous l’avons fait remarquer à JF Tousche qui nous a répondu que la direction financière de Manpower était sure d’elle.

La direction, dans sa grande bonté et son envie de protéger ses collaborateurs, ne veut pas mettre le réseau en danger. Elle a peur que les 6% de charges en moins deviennent non pas une source de marge supplémentaire mais une menace sur la rentabilité de l’entreprise. En effet, comment allons-nous, pauvres petits collaborateurs que nous sommes, pouvoir résister à la pression que va nous infliger nos clients ! Ceci aura pour effet de faire perdre au moins 25% du RN de l’entreprise, et multiplier par 2 le RN des agences ; ce qui est insupportable pour Manpower, qui n’a qu’un peu plus d’1 milliard d’€uros de fonds propres.

C’est donc tout naturellement que JF Tousche nous a annoncé qu’il souhaitait que le montant global des primes 2019 reste autour de 23 millions d’€uros comme en 2018, 2017, 2016, 2015, etc…

La proposition de la direction est de maintenir la ligne dite CICE dans le CXP et de la renommer afin que les agences ne perdent pas mais ne gagnent pas non plus. A ce moment, JF Tousche a confirmé, ce que nous disons depuis des années, que les CXP agences ne sont qu’un compte d’entreprise et pas un document comptable reflétant sincèrement la rentabilité des agences.

 

Les propositions de la direction pour 2019 sont donc :

Et voilà c’est tout, rien pour les CSCD ni autres fonctions Supports, rien pour les salariés du siège, rien pour les RGC R et autres fonctions transverses des DR.

 

En résumé, la direction anticipe une augmentation du RN global de l’entreprise et ne souhaite pas « trop » partager avec ses salariés… et ne comprend pas que cela ne nous convienne pas.