image1 image1 image1

Le marché du travail en France depuis 25 ans

Les 10 chiffres qui montrent la métamorphose du marché du travail depuis 25 ans

Le ministère du Travail vient de publier une étude se penchant sur l'évolution des embauches et des ruptures en CDI et CDD depuis 25 ans en France. De quoi casser quelques idées reçues bien ancrées, y compris dans les plus hautes sphères de l'État.

 

Lire la suite...

Avis des membres du CCE sur la situation économique et financière de Manpower France en 2018

Le CCE rend un avis défavorable sur la situation économique et financière de l’entreprise aux motifs suivants :


Le chiffre d’affaires 2017 d’un montant de 3,975 Md d’€ n’a jamais été aussi élevé depuis 2010 avec une croissance au moins équivalente à celle du marché, même si le retard n’a toujours pas été comblé par rapport à la branche (Page 17).


Malgré une baisse du taux de marge brute, le montant global de cette dernière augmente de 5,44 % en volume ; (Page 10)


Nous nous interrogeons sur le résultat de la stratégie mise en oeuvre ces dernières années quant à notre trop faible positionnement sur les marchés du Tertiaire et du BTP, très porteurs actuellement ; de même, la part grandissante des Grands comptes au détriment des marchés HP et détail participent à la dégradation de notre rentabilité, ce qui est totalement à l’opposé des orientations stratégiques présentées au CCE.


Nous constatons une performance décevante sur l’activité recrutement, qui malgré une croissance à 2 chiffres (~12%) reste à près de 20 points derrière le marché ; nous nous interrogeons sur la stratégie de pilotage de cette activité. (Page 29)


Il est important de souligner la très forte progression de la productivité des salariés permanents qui atteint 1,262 M d’€ par salarié, chiffre jamais atteint jusqu’à maintenant.


L’autre indicateur SI/VME (Salarié intérimaire / Volume moyen emploi) témoigne aussi de cette performance (1 salarié permanent pour 30 intérimaires en 2017 contre 25 en 2008) et nous inquiète sur la qualité de vie au travail et la dégradation de la relation avec le personnel intérimaire. (Page 43)


Au final, le résultat net se monte à 143 M d’€ (page 10) sans partage de la valeur (pas de participation, pas de prime CICE, pas d’augmentation générale pour préserver le pouvoir d’achat, etc.)


Enfin, le montant cumulé du CICE (sur la période 2013 – 2018) devrait s’élever à 787 M d’€ (page 67) sans que cette somme ne soit utilisée dans des investissements significatifs pour le développement et le devenir de l’entreprise à moyen et long terme.


Depuis plusieurs années, nous vous alertons sur le manque d’investissement massif sur la refonte de notre système d’information à propos duquel nous sommes très inquiets quant à sa pérennité : cet état de fait met l’entreprise en danger. Nous ne pouvons que regretter que la manne financière du CICE n’ait pas été utilisée à cette fin.


Nous regrettons le caractère totalement disproportionné du montant des capitaux propres par rapport aux besoins de l’entreprise qui rend impossible le versement d’une participation aux salariés en l’état actuel.

Téléchargez l'avis en PDF

Secret des Affaires et exercice de la mission de représentant du personnel : La CFE-CGC dit non à l’intimidation judiciaire permanente !

image001

 

Quand le gouvernement oublie jusqu’à la concertation pourtant évidente entre les représentants des entreprises et les représentants des salariés au sujet d’une transposition de directive Européenne !

Est-ce l’AFEP-MEDEF qui a écrit in extenso le projet de loi qui est actuellement en procédure accélérée ? Avec une telle loi, aurait-on vu les affaires surgir sur les trafics liés à la pollution des moteurs d’un constructeur automobile Allemand ? Les Panama papers ? Les Lux leads ? Les laboratoires Servier ?

 

Lire la suite...

Quel cinéma ! Négociation Annuelle Obligatoire

CFECGC-NAO-mars2018-WEB-1

Mais quel pourrait être le titre de la NAO 2018 ? « Tout ça… pour ça » ? ou bien « L’Arnaque » ?
A vous de choisir à la lecture de ces quelques lignes.

1ère réunion, le 14 février, pas vraiment le début d’une « Love Story » entre la direction et les Organisations Syndicales. Notre DRH nous a récité sa sempiternelle litanie sur les résultats bons mais pas tant que cela de Manpower, bien moins bons que la profession en fait ; que nos concurrents directs avaient de meilleurs résultats, que nous avions fait des efforts de productivité mais qu’il fallait en faire de nouveau en 2018 afin d’atteindre nos objectifs de rentabilité. Il nous a expliqué que Manpower ne pouvait se satisfaire de 165 millions d’€uros de résultat… et à partir de là nous avions compris que l’on se dirigeait tout droit vers « Et pour quelques dollars de plus » plutôt que vers « La ruée vers l’or », et nous n’étions pas à l’Ouest... En tout cas pas loin.

Lire la suite...

Le détail du "big bang" de la formation professionnelle décidé par le gouvernement

Il était annoncé et est désormais officialisé. Il y aura bien un réel bouleversement du système de formation professionnelle, tant dans sa gouvernance reprise en main par l’État que dans son fonctionnement et son financement qui reposeront davantage sur l'initiative individuelle. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a dévoilé le 5 mars 2018 ses arbitrages concernant cette nouvelle réforme, la quatrième en 14 ans, après la proposition d'un accord négocié dans l'urgence par les partenaires sociaux. Création d'une agence publique fusionnant Cnefop, Copanef et FPSPP, voire la CNCP, transfert de la collecte à l'Urssaf, transformation des Opca en opérateurs de compétences par filière, valorisation en euros du CPF, refonte du CEP avec des prestataires sélectionnés par appels d'offres... Le pari de l'exécutif : proposer un dispositif simplifié et plus "agile" à l'horizon 2020.

 

Lire la suite...

2018  cfe-cgc Manpower   design by BIG MOUSTACHE